5 tagged articles Disney

Je veux me perdre et me retrouver... 30/12/2014

Ici, c'est mon univers, mon torrent de pensées, d'émotions, de découvertes !
Il y a des textes d'une fille un peu folle sur les bords, des citations, des critiques, bref... de tout quoi !



J'espère que ce blog vous plaira. N'hésitez pas à marquer vos commentaires (positifs comme négatifs, du moment que se soit un minimum structuré, y en a assez de débiles dans ce bas monde), afin que je puisse m'améliorer :)
 
En revanche, comme beaucoup, je n'accepte pas les plagias (c'est tellement bas d'esprit, tellement pathétique). Merci de votre compréhension.
 

Une source d'eau limpide qui miroite à la lumière, pure comme l'âme innocente d'un enfant, rempli d'un univers de mots clairs et sonores qui forment citations, textes et philosophies dans ce monde de brutes.

Je veux me perdre et me retrouver...
[image personnelle prise à Bâle en juillet 2016]



Habillage                            Répertoire :                                  Twitter
Facebook                                                                                                      Hellocoton



Second Blog (photographie)




Nuage de songes (livre d'or)
Article sur moi (whou, la classe) : 



« Les mots sont à mon avis notre plus inépuisable source de magie. Ils peuvent à la fois nous infliger blessures et nous porter remède »



Blog sources Citations, Philosophie & Lecture
 
 
 
 
 
Enfin, je veux vous présenter un projet qui me tient énormément à c½ur et qui est très important à mes yeux. Alors je n'en dis pas plus, venez juste voir par vous-même...


***
 
En ces circonstances terribles et noires qui plongent la France dans un deuil profond, je tiens à apporter mon soutiens à tous les proches des victimes, mais aussi à tous les français, car nous devons tous rester unis contre cette barbarie inhumaine, et ce quelque soit nos différences.
Nous devons rester debout quoiqu'il arrive, leur montrer notre force. La France a déjà su se relever et être plus forte, elle le sera encore et ne se laissera pas faire.

#PrayForParis
(14.11.2015)
 
Je veux me perdre et me retrouver...
  
Je veux me perdre et me retrouver...
                                              
Je veux me perdre et me retrouver...
Je veux me perdre et me retrouver...

Tags : Bienvenue - Nuage de songes - playlist - My Dreams Box - Newsletter

Vaiana, la légende du bout du monde 21/03/2017

[article datant de décembre 2016]

J'ai pu allé le voir avec ma s½ur et ma meilleure pote à la dernière minute, cadeau de Noël. Il était vraiment bien. J'étais sceptique, mais n'en suis pas déçue.
 
 
 Vaiana, la légende du bout du monde

Petites informations
Réalisateurs : Ron Clements & John Musker
Scénario : Ron Clements & John Musker
Sociétés de production : Walt Disney Pictures
                                             Walt Disney Animation Studios
Genre : animation, famille, aventures
Titre original : Moana
Nationalité : Etats-Unis
Durée : 107 minutes
Doublage : Vaiana _ Auli'i Cravalho (VO), Cerise Calixte (VF)
                     Maui _ Dwayne Johnson (VO), Anthony Kavanagh (VF)
                     Sina Waialiki _ Nicole Scherzinger (VO), Mareva                                                                                                    Galanter (VF)
Sorties : 23 novembre 2016 (Etats-Unis & Canada)
                30 novembre 2016 (France)
 


Synopsis
Il y a 3 000 ans, les plus grands marins du monde voyagèrent dans le vaste océan Pacifique, à la découverte des innombrables îles de l'Océanie. Mais pendant le millénaire qui suivit, ils cessèrent de voyager. Et personne ne sait pourquoi...
Vaiana, la légende du bout du monde raconte l'aventure d'une jeune fille téméraire qui se lance dans un voyage audacieux pour accomplir la quête inachevée de ses ancêtres et sauver son peuple. Au cours de sa traversée du vaste océan, Vaiana va rencontrer Maui, un demi-dieu. Ensemble, ils vont accomplir un voyage épique riche d'action, de rencontres et d'épreuves... En accomplissant la quête inaboutie de ses ancêtres, Vaiana va découvrir la seule chose qu'elle a toujours cherchée : elle-même.



 
 
Critiques presse
Le Parisien, par La Rédaction
Au-delà du côté exotique, qui va beaucoup parler aux Français, puisque le film se situe à Tahiti, et de la beauté des images, "Vaiana" met en scène l'héroïne la plus audacieuse et la plus courageuse jamais créée par Disney.
 
Gala, par Amélie de Menou
Le film donne à décou­vrir un véri­table para­dis comme on ne l'avait encore jamais vu. Avec des tech­niques d'ani­ma­tion dont seul Disney a le secret, les réali­sa­teurs sont parve­nus à recréer la trans­pa­rence de l'eau, la sensa­tion d'hu­mi­dité, faisant de l'océan un "person­nage" à part entière de cette épopée fantas­tique.
 
aVoir-aLire.com, par Frédéric Mignard
(...) une somptueuse fable écologique, empruntant davantage à "L'Odyssée de Pi" et au studio Ghibli qu'à Pixar. "Vaiana" est une réussite patente.
 
Elle, par Khadija Moussou
On est bluffés par la qualité des effets spéciaux : du plus petit détail au plan large. Le clapotis d'une vague semble prêt à nous lécher le bout du nez et le navire qui flotte en pleine nuit guidée par les étoiles nous bercerait presque...
 
Culturebox – France Télévisions, par Jacky Bornet
C'est l'aventure et l'humour qui priment, dans une cascade de péripéties dynamisée par une animation d'un réalisme étonnant.
 
Paris Match, par Yannick Vely
D'une grande beauté formelle, "Vaiana, la légende du bout du monde" vogue ainsi jusqu'à son dénouement tel un conte philosophique pour enfants.... les chansons en plus.
 
LCI, par Marilyne Letertre
Rébellion adolescente, affirmation de soi, absence de bluette ou d'un quelconque prince potentiel : après "Raiponce" et "La reine des neiges", Disney confirme que l'ère des damoiselles en détresse est plus que jamais révolu.
 
Les Fiches du Cinéma, par Chloé Rolland
Des chansons, une jeune fille qui s'émancipe et des animaux pots de colle : pas de doute, “Vaïana” est le nouveau Disney ! Toujours aussi spectaculaire techniquement, le film se montre cependant moins incarné et inspiré que les précédents opus du genre.
 
La Voix du Nord, par Philippe Lagouche
De l'action, de l'humour, des sentiments, les bonnes vieilles recettes de Tonton Walt Disney remises au goût du jour par deux vieux de la vieille déjà responsables d'Aladdin et La Petite Sirène. Mission accomplie.
 
La Croix, par Stéphane Dreyfus
Malgré les couleurs vives des atolls polynésiens, le nouveau film d'animation de Disney ne brille ni par son originalité ni par son humour.
 
Les Inrockuptibles, par Jacky Goldberg
La dernière-née du studio ressemble à n'importe lequel de ses rejetons récents : un dessin animé familial, ½cuménique et plutôt progressiste, mais absolument lisse. (...) Ce modèle implacable prouve une nouvelle fois son efficacité, mais lasse par son conformisme.
 
L'Express, par Christophe Carrière
A ne vouloir se fâcher avec personne en mélangeant parcimonieusement croyances locales et obligations maison, Clements et Musker perdent en rythme et en efficacité, pas très aidés par une musique omniprésente mais dépourvue de morceaux forts.


 Vaiana, la légende du bout du monde
 
 
Malgré quelques critiques assez sévères et négatives, j'ai été conquise par le dernier Disney, qui relève je trouve un peu le niveau. De l'originalité, des clichés oubliés, du dépaysement, une morale. J'adore !

Le scénario est original, narrant une histoire qui nous éloigne de notre pays froid pour nous emporter dans un monde verdoyant et chaud, sous le soleil des îles. L'histoire mêle passé et présent, légendes et faits réels, magie et courage. La morale classique de Disney s'en dégage, classique mais qui marche : écologique, il faut prendre soin de notre planète riche et pleines de ressources ; familial, la famille doit toujours être unie, etc.. Mais, il y a un MAIS ! Pas de prince charmant accourant pour sauver une pauvre petite princesse émoustillée et niaise au possible. Pas de princesse en détresse, où tous sont conquis par son charme. Pas d'animaux aux pouvoir magique. A la place, une ado rebelle et déterminée, téméraire, courageuse. Une amitié qui se tisse, mais pas d'histoire d'amour. Un inversement des rôles homme / femme. Disney semble évoluer en même temps que nos meurs, et pour cet effort réussi, je dis oui !

Les personnages sont riches, complets. Pas comme les princesses classiques qui sont juste bonnes à sourire comme des cruches et à enfanter pour faire plaisir à la cour et à monsieur. Pas de mec viril, héroïque, beau et fort, figure paternelle et protectrice. Mais une ado rebelle, déterminée, butée, obstinée, mais avec ses faiblesses et ses défauts. Un mec fort, viril mais pleins d'humour, d'un égo ironique et d'une susceptibilité touchante. Bref, des portraits plus réalistes, non ?

Les musiques au départ, dans la bande annonce, ne m'emballaient pas. Puis, dans le film, j'ai été conquise au fur et à mesure que les paysages défilaient sous mes yeux ébahis comme une enfant. Du coup, évidemment, je les ai téléchargé, ah ah.
#LeBleuLumière (je l'écoute en boucle encore aujourd'hui en mars)

Enfin, il faut quand même que je vous parle des images. Car oui, visuellement, c'est d'une beauté à en couper le souffle. La 3D est si bien exploitée... Un truc de malade. Exceptionnel. Je ne peux pas en être déçue, bien au contraire. Les couleurs sont puissantes, les paysages époustouflant et s'accordant si bien. Que dire de plus ?

Je vous recommande donc d'aller le voir en famille, en cette fin d'année. Pas le meilleur Disney, mais un très bon depuis un bon moment.
 
 


Notes

Scénario : 4/5
Personnages : 4/5
Mise en scène (image, musique, etc) : 4/5
Richesse, émotions : 3,5/5
 
Note finale : 16/20
 
 


Ils en parlent...
Durendal


Tags : My Dreams Box - film d'animation - Disney - Vaiana : la Légende du Bout du Monde

Le Monde de Dory 16/08/2016

Il me tardait de voir cette suite de Nemo, parce que tout le monde en parlait énormément. Et bien finalement....
 
 
 Le Monde de Dory

Petites informations
Réalisateurs : Andrew Stanton
Scénario : Victoria Strouse
Sociétés de production : Pixar Animation Studios
Walt Disney Pictures
Genre : film d'animation
Titre original : Finding Dory
Nationalité : Etats-Unis
Durée : 97 minutes
Doublage : Dory _ Ellen DeGeneres (VO), Céline Monsarrat (VF)
                     Marin _ Albert Brooks (VO), Franck Dubosc (VF)
                     Nemo _ Hayden Rolence (VO), Timothé Vom Dorp (VF)
                     Hank _ Ed O'Neill (VO), Philippe Lellouche (VF)
Sorties : 8 juin 2016 (Etats-Unis, première à Los Angeles)
                17 juin 2016 (Etats-Unis & Canada)
                22 juin 2016 (France & Canada)
 
 


Synopsis
Dory, le poisson chirurgien bleu amnésique, retrouve ses amis Nemo et Marin. Tous trois se lancent à la recherche du passé de Dory. Pourra-t-elle retrouver ses souvenirs ? Qui sont ses parents ? Et où a-t-elle bien pu apprendre à parler la langue des baleines ?
 
 
 Le Monde de Dory

 
Critiques presse
Voici, par Jérôme Saunier
Emouvant, toujours aussi vif et inventif, "Le Monde de Dory" excelle à redessiner la carte des fonds marins en territoire vaste et mythologique digne d'Homère.
 
Elle, par Kalindi Ramphul
L'humour de ce nouveau bijou tient surtout à son rythme primesautier qui ne laisse aucune place à l'ennui. Les gags s'enchaînent et s'entremêlent sans jamais tomber dans la drôlerie convenue.
 
Libération, par Clémntine Gallot
Ce "Monde de Dory" sans éclat démontre du moins que la formule magique n'opère pas toujours et qu'à vouloir à tout prix tirer sur le filon ou surfer sur la vague, on s'aperçoit bientôt qu'on est à sec depuis trop longtemps.
 
Critikat.com, par Théo Charrière
Il aurait fallu que Pixar assume jusqu'au bout les défis que son odyssée lançait à son impératif d'efficacité, et, surtout, à sa volonté de tout subsumer sous son rouleau compresseur figuratif, pour que le plan final apparaisse réellement comme l'aboutissement d'une trajectoire précise.
 
Télérama, par Cécile Mury
Toujours drôles et visuellement réjouissantes, les retrouvailles avec la petite bande de Nemo, son père et tout un banc de bestioles bigarrées (mention spéciale à la pieuvre-caméléon) s'enrichissent d'une belle dose d'émotion.
 
Le Journal du Dimanche, par Stéphanie Belpêche
Cette fable initiatique parle du sentiment d'abandon, du dépassement de soi, de la quête des origines et de la préservation des océans (...). Parfois un peu répétitif, le récit donne la part belle à la mélancolie, plusieurs tubes immortels à l'appui (...). Irrésistible.
 
Metro, par Marilyne Letertre
Non dépourvu d'émotion, vous tirant même une larme, "Le monde de Dory" a également cette capacité à faire passer ses messages sur l'amitié et l'acceptation de la différence sans en avoir l'air. Alors, n'hésitez plus : jetez vous à l'eau !
 
Studio Ciné Live, par Thierry Cheze
Toute la tendresse du monde ici exprimée l'est avec un mélange de pudeur et d'humour. L'écriture de chaque personnage secondaire comme de chaque obstacle bannit tout temps mort dans ce tourbillon enivrant, dopé aux ruptures de rythme et de ton. Vivement la suite !
 
Les Inrockuptibles, par Théo Ribeton
Les aventures d'un poisson amnésique dans un aquarium géant. Une petite merveille (...), un entertainment mental que le studio semble résolu à pousser très loin. Tant mieux.
 
Le Nouvel Observateur, par Guillaume Loison
L'intrigue revisite celle du film originel, avec un autre point de vue. Mais très vite, "Le Monde de Dory" tisse un autre fil narratif. Même objectif ou presque, même moyen d'y parvenir, pour un résultat, hélas, assez convenu...
 
Chronic'art.com, par Murielle Joudet
Avec Dory, il y avait de quoi traverser tout le spectre des grandes notions philosophiques pixariennes (le temps, la mémoire, l'oubli, la mort, l'amitié), mais c'est comme si son personnage amnésique et orphelin offrait toutes ces notions de façon beaucoup trop immédiate pour qu'elles puissent s'épanouir le long d'une odyssée.
 
La Croix, par Stéphane Dreyfus
Suite du « Monde de Nemo », le dernier-né des studios Pixar est moins drôle et émouvant, mais reste un divertissement de haute tenue porté par un joli message.
 
Direct Matin, par La Rédaction
Divertissement émouvant sur la résilience, la famille et le dépassement de soi, cette nouvelle réalisation d'Andrew Stanton avance surtout des arguments visuels de poids.
 


 Le Monde de Dory
 



Il me tardait de le voir. La bande annonce promettait beaucoup, et il semblait vraiment cool. Mais en fait, beh... j'ai été un peu déçu. Déçue par la connerie qu'a Disney de vouloir donner une suite à tous ces films, alors que c'est inutile, dérisoire et que ça ne fait que surchargé l'univers. Ici, ce fut le cas. Le Monde de Nemo est un chef-d'oeuvre, un classique désormais de Disney, et vouloir lui donner une suite, sur un autre personnage, est un peu inutile. Mais cependant, le charme Disney a opéré, et certains éléments étaient pas mal du tout.

Le scénario, centré sur Dory, était vraiment intéressant, les péripéties s'enchaînent bien, les personnages secondaires sont très nuancés et drôles. Les décors typiques de l'univers étaient tout aussi beaux, envoûtants, complets. Mais reste à mes yeux le problème que cette suite est dérisoire, pas nécessaire, simplement encombrante. Certes, c'est un bon Disney, qui nous permet de nous évader, de nous divertir. Mais ça s'arrête là. Il ne serait pas sorti, ça n'aurait strictement rien changé. Au contraire.

C'est donc un bon divertissement qui ne mérite pas d'être obligatoirement et immédiatement vu, mais que je vous recommande cependant, pour vous replongez dans l'univers sous-marin et idyllique de Disney.
 
 

Notes
Scénario : 3/5
Personnages : 3,5/5
Mise en scène : 4/5
 
Note finale : 13/20

 
Ils en parlent...
InThePanda : https://www.youtube.com/watch?v=YLH59Ag-c1w




Avis de blogueurs/blogueuses
Wildhoney
J'suis assez d'accord avec toi sur le peu d'originalité quand à faire une suite à Nemo. Comme je te l'avais dit sur Twitter, j'ai l'impression que ces dernières années (à part avec Toy Story 3 et Inside Out), les studios Pixar n'ont pas été très inspiré (le pire étant peut-être "Le voyage d'Arlo" qui ressemble à une pale copie du Roi Lion). Malgré tout, j'ai aimé "Le monde de Dory" car ça reste malgré tout un bon film, on s'attache facilement aux personnages, surtout Dory qui fait preuve d'un grand courage et la réalisation est toujours excellente. L'histoire de Dory est vraiment belle. Reste qu'effectivement, "Le monde de Dory" est un road-trip comme "Le monde de Nemo" à la différence que les rôles ont été inversé et ça, c'est pas très original. Ce qui en fait une suite inutile comme tu l'as si bien fait comprendre.


OnDayIWouldFly
Je l'ai trouvé pas mal du tout, je regrette juste qu'il y est un peu trop de ressemblance avec le monde de nemo.

Tags : My Dreams Box - film d'animation - Le Monde de Dory - Disney - Andrew Stanton

La Belle et le clochard 26/06/2016

Oui, je sais, c'est un vieux Disney, mais putain, qu'est-ce que ça fait du bien parfois de s'en remater des bons, vieux, comme on les aime. Les meilleurs, la base quoi, non ?
 
 
 
 La Belle et le clochard
Petites informations
Réalisateurs : Clyde Geronimi, Wilfred Jackson & Hamilton Luske
Scénario : Erdman Penner, Joe Rinaldi, Ralph Wright & Don DaGrandi
Société de production : Walt Disney Productions
Genre : film d'animation
Titre original : Lady and the Tramp
Nationalité : Etats-Unis
Durée : 75 minutes
Doublage : Lady _ Barbara Luddy (VO), Claude Winter (VF)
                     Tramp (Clochard) _ Larry Roberts (VO), Henri Ebstein (VF)
                     (flemme de mettre les autres, désolé xD ).
Box-office France : 11 176 138 entrées (sans compter les non payées ;)
 
 
Synopsis
Les aventures amoureuses de Lady, ravissant cocker et de Clochard le batard, perturbées par tante Sarah et ses deux adorables chats siamois, Si et Am, diaboliques et sournois.
 


Distinction
David di Donatello 1956 : Prix à Walt Disney pour la Meilleure Production étrangère.
 


Critique presse
20 Minutes, par Caroline Vié
Un long métrage indémodable qui, depuis 1955, nous a fait considérer les spaghettis comme un plat furieusement romantique.
 
 La Belle et le clochard



J'adore me revisionner de vieux classiques Disney, qui plus est en famille, et surtout avec ma petite s½ur, avec qui je les ai découvert durant ma tendre enfance. Que desouvenirs ! (nostalgie, quand tu nous prends). Alors, en ce vendredi soir printanier et agréable (l'article date de mai), on s'est mise sur la terrasse, chocolats près de nous, tranquilles, posées, et ce fut un plaisir que de se chamailler pour savoir lequel on se regarde (comme quand j'étais petite, ah ah). Bon, ma s½ur a gagné (non, je l'ai laissé gagné, ah ah). La Belle et le clochard fut choisi.

Et ben, que ça fait un bien fous. Tout oublié, pour se replonger dans un bon film comme on les aime ! (oui, ça reste un dessin animé, mais pour moi, les Disneys sont pour tout âge, tant la magie de Disney opère).

Alors le scénario est tiré d'un livre pour enfant, faut le savoir. Et certes, aujourd'hui, c'est du vu et revu, et re-revu, le gars d'un milieu dur, le badass, lover, tombeur, qui connaît tout de la vie, et qui vient sauver la fille fragile, intelligente, belle, élégante, distinguée, et patati, et patata. Mais bon, de temps en temps, les clichés, on aime ça, bien que ça engendre le bourrage de crâne des stéréotypes imposés par la société dans la tête des enfants dès notre plus jeune âge (moi tôt en l'occurrence, car mon père a toujours souhaité que l'on connaisse d'abord les classiques, et pas que Disneys, avant de voir les nouveautés). Mais les choses commencent (doucement, certes) a évolué un peu. D'ailleurs, je ne sais pas si vous en avez entendu parlé, mais de nombreux internautes ont récemment lancé le hashtag #GiveElsaAGirlfriend (traduction pour les nuls en anglais, mais ont ne vous en veux pas : Donner une petite amie à/pour Elsa), sur la fameuse Elsa de la Reine des Neiges. Les producteurs du film ont dit qu'ils y réfléchiraient, mais le mouvement a fait le tour de la planète (quelques articles pour illustrer mes propos ici, ici ou encore là). Un grand pas donc. Mais ne nous plaignons pas, depuis quelques années maintenant, Disney évolue dans ses pratiques, donnant vie à des princesses et héroïnes moins fragiles, plus fortes de caractère, plus combattantes, etc. La première fut Mulan je crois, dans le genre princesse rebelle, en 1998 (déjà ! Coup de vieux dis donc). Depuis, il y a eu Rebelle (comme son nom l'indique), et des personnages plus nuancés, si l'on compare Cendrillon à Elsa de La Reine des Neiges, par exemple. En effet, il n'y a pas photo, on passe de la niaiserie bercée d'illusions romantiques et frêles à une fille plus nuancée (je sais, je me répète), plus complexe, avec plus de sentiments proches de la réalité. Car oui, les Disney s'encrent de plus en plus dans la réalité aujourd'hui, je trouve (fin, ça dépend desquels bien sûr), avec plus de sujets d'actualités pris en compte (exemple encore, Les Nouveaux Héros et l'évolution technologique, etc.). En bref, on retrouve ces principes formatés et inculqués depuis des générations et générations dans les vieux Disney, mais tant pis, c'est leur charme, ça reste la magie Disney. Et puis, avouons le, nous les femmes, on a toujours passionné les hommes. La preuve, ils nous idolâtrent avec leurs fantasmes, ah ah ah. ;)

Bon, pour ce qui est des dessins, rien à redire, j'adore les vieux dessins comme ça, si légers, avec de si beaux traits. Un régal visuel. Et les musiques, Disney quoi ! (rien à rajouter).

Je n'ai plus grand chose à dire, ayant évoqué les personnages dans mon long pâté plus haut (okay, Belle et Clochard pas directement, mais on a tous compris, et j'espère que vous savez que c'est la bourgeoisie aristocratique qui rencontre la rue, n'est-ce pas ?).

Je vous le recommande donc, un classique en famille, ça fait un bien fou, de temps en temps. Bon visionnage, j'espère.
 
 


Notes
Scénario : 3,5/5
Personnages : 4/5
Mise en scène (dessins, musiques, etc.) : 4/5
 
Note finale : 14/20


Tags : My Dreams Box - film d'animation - Disney - La Belle et le clochard

Zootopie 24/03/2016

Dernier Disney sorti, je dois dire qu'il est bien, malgré qu'il peut paraître très enfantin.
 
 
 
 Zootopie

Petites informations
Réalisateurs : Byron Howard, Rich Moore et Jared Bush
Scénario : Jared Bush
Titre original : Zootopia
Genre : animation
Nationalité : Etats-Unis
Durée : 108 minutes
Société de production : Walt Disney Pictures
Walt Disney Animation Studios
Dates de sortie : 4 mars 2016 (Etats-Unis & Canada)
                              10 février 2016 (Belgique)
                              17 février 2016 (France)
Doublage : Judy Hopps : Ginnifer Goodwins (V.O) et Marie-Eugénie                          Maréchal (V.F)
                     Nicolas P. Wilde : Jason Bateman (VO) et Alexis Victor                            (VF)
                     Chef Bogo : Idris Belda (VO) et Pascal Elbé (VF)
                     Le maire Lionheart : J.K. Simmons (VO) et Xavier Fagnon                        (VF)
 
 
 
Synopsis
Zootopia est une ville qui ne ressemble à aucune autre : seuls les animaux y habitent ! On y trouve des quartiers résidentiels élégants comme le très chic Sahara Square, et d'autres moins hospitaliers comme le glacial Tundratown. Dans cette incroyable métropole, chaque espèce animale cohabite avec les autres. Qu'on soit un immense éléphant ou une minuscule souris, tout le monde a sa place à Zootopia !Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu'il est bien difficile de s'imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s'attaque à une épineuse affaire, même si cela l'oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l'arnaque ...
 
 
 
Critiques presse
Elle, par Khadija Moussou
Moderne et drôlement intelligent, « Zootopie », le nouveau Disney est un petit bijou animé qui vient nous raconter une belle histoire d'amitié, loin des préjugés et sans princesse à sauver ! Ouf !
 
Le Monde, par Thomas Sotinel
Les aventures de Judy Hopps, première policière lapine de Zootopie, ont été écrites avec d'aussi gros sabots que ceux du commissaire buffle qui houspille la rongeuse.
 
Télé 7 Jours, par Julien Barcilon
Ce buddy movie témoigne d'une inventivité constante. Côté animation, la beauté du graphisme, la virtuosité et la créativité sont aux commandes. Soit un pur joyau !
 
aVoir-aLire.com, par Arthur Champilou
Petit éloge du rêve américain et de la police, très drôle et très dynamique, "Zootopie" se couvre toutefois d'une montagne de bons sentiments, qui rend l'ensemble de son intrigue naïf, mais plaisant, car bien réalisé, et plein de bonnes surprises.
 
VSD, par Olivier Bousquet
Dix ans, exactement, se sont écoulés depuis l'arrivée de John Lasseter comme directeur de la création au département animation de Disney. "Zootopie" est le quinzième long-métrage sorti durant cette période. Et le meilleur aussi, sans aucun doute, talonné de très près par "Raiponce".
 
Le Dauphiné Libéré, par Jean Serroy
Une gentille comédie Disney, à la fois animalière et anthropomorphe, pour apprendre aux têtes blondes à connaître aussi bien les bêtes que les hommes.
 
CinemaTeaser, par Renan Cros
Pendant 2 heures, "Zootopie" raconte nos sociétés, avec ses pop stars, ses médias, sa politique et notre époque, ses craintes, ses dysfonctionnements mais aussi son incroyable pouvoir de rassemblement et de diversité, avec une acuité et une jubilation remarquables.
 
Libération, par Clémentine Gallot
En transposant au règne animal les vexations de notre société, le récit montre habilement comment discriminations et préjugés s'enracinent dans l'essentialisme, en prenant pour exemple l'instinct supposé des prédateurs. (...) Ces bons points dûment notés, on peut émettre quelques réserves.
 
Les Fiches du Cinéma, par Ghislaine Tabareau
Ce polar parodique et social, d'une efficacité ahurissante, à l'image de son héroïne Judy Hopps, utilise à la perfection l'éthologie
 
Critikat.com, par Ursula Michel
Fable moderne où les animaux véhiculeraient comme chez La Fontaine une critique sociale bienvenue, Zootopie édifie un microcosme utopique, critique et hilarant.
 
TF1 News, par Allan Blanvillain
Disney quitte le monde de la petite enfance pour nous livrer un livre à double-lecture, intelligent, drôle, créatif, où le scénario prend le pas sur son univers malgré certaines mauvaises habitudes qui ont la vie dure.
 
Positif, par Bernard Génin
Trois grands "pros" du staff Disney ont été réunis sur ce projet (...). Leur travail est impeccable. On reprochera seulement (...) de démarrer comme un film à sketches (...), de meubler à coups de clins d'oeil (...), sans oublier quelques tunnels où l'humour s'estompe.
 
 
 Zootopie
 
 
Zootopie est une bouffée d'air frai, de dynamisme dans cette grisaille hivernale ! J'ai adoré. Déjà, faut savoir que je suis une grande fan des Disney, incontestablement. Je m'y suis précipité à Besançon dès que je l'ai vu en salle. Et je dois dire que je ne regrette pas mon choix.

Les images, les couleurs, les décors, tout est très beau, très visuel, très agréable au regard, très Disney quoi ! Le scénario est d'une vivacité et d'un esprit critique incroyable. En effet, j'ai retrouvé, à travers ce film, notre société imagée et rendue comique, mais pourtant bien représentée. La xénophobie est présente dans la peur du prédateur, de l'inconnu. La domination des classes sociales aisées ou des gens de pouvoir se retrouvent à travers la domination des prédateurs dans le film (le maire est un prédateur, quasiment tout les flics aussi, etc.). La morale qui s'en dégage est parfaitement bien accordé à notre contexte actuel, aux conflits que l'on rencontre. On peut même retrouver, à travers la fleur bleue dont je ne citerai pas le nom pour éviter trop de spoil, une métaphore sur la représentation du terrorisme qui s'empare d'une partie de notre humanité. Elle serait une métaphore sur le terrorisme, ou le fanatisme religieux, mais je pars loin là ! De plus, Zootopie prône également des valeurs dont le monde a besoin au jour d'aujourd'hui : la tolérance, le respect. C'est un Disney à double-sens, bien que les enfants ne pourront pas comprendre l'impact de ce que dénonce ce film sur notre société.
 
Si nous parlons plus légèrement, les péripéties s'enchaînent de manière crédible, et l'humour permet, sans rentrer dans l'accès, de conquérir petits et grands !
A voir en famille, entre amis, mais surtout à ne pas manquer !
 
 
 
Note
Scénario : 4/5
Richesse, émotions : 4/5
Mise en scène (images, bande-son, etc..) : 3,5








Avis de blogueurs/blogueuses
GuideEcriture
Un dessin animé haut en couleur et magnifique ! J'ai vraiment rogoler pour tous ces moments drôle relaté par le mickeymousing accordé aux animaux. Pour être franche, je l'ai trouvé enorme !

Tags : My Dreams Box - film d'animation - Zootopie - Disney

Vice-Versa 01/07/2015

Hier soir, j'ai (enfin) été voir Vice-Versa au cinéma ! Un pur bonheur ! Il m'a transporté dans les méandres du cerveau, m'a captivé, et je dois dire qu'il atteint dorénavant le top 3 de mes Disneys préférés, sans aucune hésitation. Explication.
 
 
 
 Vice-Versa

 
 
Petites informations
Réalisateur : Pete Docter
Scénario : Pete Docter & Michael Arndt
Titre original : Inside Out
Genre : animation
Nationalité : américain
Durée : 94 minutes
Sociétés de production : Pixar Animation Studios
                                             Walt Disney Pictures
Date de sortie : 17 juin 2015 (France)
Doublage : Joie : Amy Poehler (voix originale) & Charlotte le Bon                           (voix française)
                 Colère : Lewis Black (voix originale) & Gilles                                             Lellouche (voix française)
                 Tristesse : Phyllis Smith (voix originale) & Marilou                                        Berry (voix française)
                 Dégoût : Mindy Kaling (voix originale) & Mélanie                                        Laurent (voix française)
                 Peur : Bill Hader (voix originale) & Pierre Niney (voix                               française)
                 Riley : Kaitlyn Dias (voix originale) & Clara Poincaré                              (voix française)
Box-office France : 787 437 entrées
 
 Vice-Versa
 
Synopsie
Au Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie, débordante d'optimisme et de bonne humeur, veille à ce que Riley soit heureuse. Peur se charge de la sécurité,  Colère s'assure que la justice règne, et Dégoût empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse, elle n'est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d'ailleurs... Lorsque la famille de Riley emménage dans une grande ville, avec tout ce que cela peut avoir d'effrayant, les Émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition. Mais quand Joie et Tristesse se perdent accidentellement dans les recoins les plus éloignés de l'esprit de Riley, emportant avec elles certains souvenirs essentiels, Peur, Colère et Dégoût sont bien obligés de prendre le relais. Joie et Tristesse vont devoir s'aventurer dans des endroits très inhabituels comme la Mémoire à long terme, le Pays de l'Imagination, la Pensée Abstraite, ou la Production des Rêves, pour tenter de retrouver le chemin du Quartier Général afin que Riley puisse passer ce cap et avancer dans la vie...
 
 
 Vice-Versa


Critiques de la presse
20 Minutes, Par Caroline Vié
"Vice Versa" fait sourire et verser une petite larme (...). Ces aventures intérieures dans le cerveau d'une petite fille étonnent par leur inventivité constante et leur richesse visuelle.
 
Cahier du Cinéma, Par Vincent Malausa
Par sa sauvagerie commerciale et son étincelante folie, Vice Versa renoue avec l'esprit avant-gardiste, inaliénable et frondeur qui caractérisa si longtemps le génie Pixar.
 
Culturebox – France Télévision, Par Pierre-Yves Grenu
Ne ratez pas ce formidable voyage au centre de la tête ! Le dynamisme, la grande créativité et l'humour de "Vice-Versa" donnent un coup de vieux à beaucoup de films d'animation sortis ces dernières années.
 
Elle, Par Khadija Moussou
De façon aussi intelligente que ludique, le film de Pete Docter (...) évoque le délicat passage à l'adolescence et l'importance des souvenirs que l'on se crée (positifs ou négatifs). Le tout est savoureusement arrosé de gags, de clins d'½il et de répliques qui ne feront pas rire que les enfants, tant elles sont dans l'air du temps.
 
Le Journal du Dimanche, Par Stéphanie Belpêche
Foisonnant, pétillant d'idées, ce récit initiatique repose sur un concept génial et fondamentalement original : donner corps aux différentes émotions qui animent la fillette. (...). Brillant.
 
Le Monde, Par Mathieu Macheret
Forte de son dualisme, la mise en scène de Pete Docter entremêle avec souplesse les temporalités et les points de vue, démultiplie les perceptions, pénètre les plis du temps et les courts-circuits de la pensée, dans une grande articulation des images-souvenirs qui n'a rien à envier au "Marienbad" d'Alain Resnais.
 
L'Express, Par Christophe Carrière
C'est sans doute le film d'animation le plus intelligent jamais réalisé. Qui permet aux enfants de mieux se connaître et aux parents de mieux les comprendre. Qui joue avec l'imaginaire, tout en apprenant à ne pas céder aux illusions. Et il n'est pas exagéré de penser que ce long-métrage restera une référence en pédopsychiatrie- et en cinéma bien entendu.
 
 
 
 
 
Distinctions
Festival de Cannes 2015 : Sélection officielle hors compétition
Seattle International Film Festival 2015 : Meilleur film (seconde place)
 
 
 
 
 Vice-Versa
 Vice-Versa
 Vice-Versa
 Vice-Versa
 Vice-Versa


 
 
J'ai adoré ce film ! L'animation est juste géniale, les images et les couleurs renversantes. J'en ai quasi oublié que je me trouvais encore dans la salle de cinéma, au côté de ma famille.
On s'attache facilement aux personnages, surtout à Joie, bien que ma préférée soit sans aucun doute Dégoût, avec son sarcasme quelque peu léger mais frisant l'insolence, et sa flegme naturelle et spontané. Colère est un personnage drôle, tout comme Peur, qui abusent de leurs émotions avec un humour exagéré. Tristesse, elle, est sans doute la plus désespérante. Parfois, elle m'a fait rire avec ses mimiques et ses manières, mais le plus souvent elle m'a saoulé comme jamais ! Bref, voilà ce qui constitue Riley, et c'est un sacré résultat que l'on obtient, et qui fait son caractère. On se reconnaît à travers le désarroi, la nostalgie et la peur de la fillette, et on s'émerveille devant ses souvenirs si beaux et intenses.
Vice-Versa, c'est aussi un plongeon dans les méandres du cerveau et de ses complications. Il analyse notre système psychologique avec un humour renversant, et charme petits et grands ! A voir ABSOLUMENT !!
 
 
COUPS DE COEUR
 
 
Note
18/20, cette note me semble justifiée.



Avis de blogueuses
J'ai aussi été le voir hier soir et j'ai adoré *-* Ce film m'a fait passer du rire aux larmes, il est vraiment bien fait. Un coup de coeur 

J'ai trouvé les graphiques géniaux et le personnage de joie super attachant. Pas contre, j'ai moins aimé l'histoire :/
J'ai vu ce film avec une copine et sa soeur, moi j'adore ce petit film qui est vraiment un beau chef d'oeuvre de pixar! Il ont tout reussi, c'etait mignon et on peut s'y retrouver en fait... :)

J'ai adorer ce film c'était vraiment que des barres de rire, sa sortait de l'ordinaire des protes princesses de dessins animés, surement un de mes dessins animés favori❤️


Source(s) :   

Tags : My Dreams Box - Vice-Versa - film - Disney - Pixar - coups de coeur - note au-dessus de 15